Je suis bipolaire.

"Je suis bipolaire".

Ca voulait dire “ce n’est pas de ta faute”. Ca voulait dire “il n’y avait rien à changer”. Ca voulait dire “avance, maintenant”. Ca voulait dire “tout sera différent, désormais”. Ca voulait dire “je suis malade”. Tout simplement.

Il s’est approché de mon visage comme pour chercher mes yeux et il a dit…

"Je suis bipolaire. J’ai été diagnostiqué bipolaire. Tu comprends?"


Ce n’était pas de ma faute, il n’y avait rien à changer, alors j’ai avancé et tout a été différent, parce qu’il était malade.

La nuit, je ne dors pas.

La nuit, je ne dors pas. La preuve.
La nuit, je ne dors pas, je me préoccupe.

"Pourquoi?"

C’est fou le pouvoir que peut exercer un petit mot sur le sommeil.

La nuit, je ne dors pas, j’attends que vous vous réveillez.

La nuit, je ne dors pas, je fuis les rêves. Ils s’évertuent bien trop à me trahir.

La nuit, je ne dors pas, je cherche tes bras.

indiectators:

Discogs a publié hier la liste des 30 “objets” qui se sont vendus le plus cher en février dernier.

Le constat est sans appel : le prix au cm² de certains disques éclate largement la cote de l’immobilier parisien. Outre les habituelles raretés des Zombies et de Nirvana, on y retrouve Coil en…

“C’est difficile de savoir que personne d’autre ne fera autant attention aux choses qui vous semblent importantes. ça implique une bonne dose de cœur brisé. Au quotidien.”
— E. from Eels - Chronicart avril 2014

Je n’ai jamais eu peur de partir seule

Je n’ai jamais eu peur de partir seule. En tant que fille unique, c’était assez habituel, pour moi, de partir seule en vacances chez mes grands parents, par exemple. A. pleurait toujours quand il s’agissait de rester dormir seul chez papi et mamie. Alors que ses parents habitaient à 10 km de là. Je n’ai jamais compris.

J’ai commencé à prendre l’avion assez tard. Je crois que mes premiers vols étaient des Paris-Toulouse. Nous allions jouer les “Drei Knaben” dans La Flûte Enchantée. À cette époque, je prenais toujours l’avion avec l’un ou l’autre des mes deux meilleurs amis.

Longtemps, j’étais systématiquement malade après avoir pris l’avion.

Le vol Paris-Le Cap m’a marqué parce qu’on dormait main dans la main avec J. et que quand j’ouvrais les yeux, il y avait ce concert de Dire Straits sur l’écran du siège de devant. Mark Knopfler et son bandana rouge. À l’arrivée, j’ai eu une otite et une laryngite. J’étais systématiquement malade après avoir pris l’avion.

La première fois que j’ai pris l’avion seule, j’ai eu une crise d’angoisse. Mais c’était peut-être parce que je partais vivre seule dans un pays que je ne connaissais pas et où je ne connaissais personne. Quand j’ai pris l’avion pour rentrer définitivement de ce pays, j’ai pleuré. Mais c’était peut-être parce que je quittais un pays que je connaissais et où j’avais rencontré plein de gens.

Une fois, j’ai raté mon vol à cause de la valise que je venais d’acheter. Et aussi à cause du connard que je fréquentais à l’époque.

Une fois, avec l’autre J., nous avons dû attendre une correspondance à Copenhague pendant cinq heures. Alors nous avons parlé des gens qui étaient tous beaux et mangé une salade Ceasar. Parce que c’était notre rituel, de manger une salade Ceasar.

Maintenant, je prends l’avion comme je prends le métro et je trouve cela un peu triste. Mais j’aime bien plus les aéroports que les quais des Halles.

Je prends toujours autant le train pour ne pas dire beaucoup plus mais je tombe toujours sur la place sans fenêtre. Et je trouve cela un peu triste aussi. Mais je sais qu’au bout, je vais trouver du bonheur alors ça va mieux.

stuffmomnevertoldyou:

Patti McGee, the world’s first female professional skateboarder.
stuffmomnevertoldyou:

Patti McGee, the world’s first female professional skateboarder.

stuffmomnevertoldyou:

Patti McGee, the world’s first female professional skateboarder.

(via mrvtr)

Si tu ne dois savoir qu’une chose.

Si tu ne dois savoir qu’une chose, c’est que tu ne sauras jamais ce qu’il y a dans les cœurs des autres.

80s-90s-stuff:

80s C64 gaming

Spike Jonze accepts the Best Screenplay Written Directly for the Screen award for ‘Her’ onstage during the 86th Annual Academy Awards

Spike Jonze accepts the Best Screenplay Written Directly for the Screen award for ‘Her’ onstage during the 86th Annual Academy Awards

Spike Jonze accepts the Best Screenplay Written Directly for the Screen award for ‘Her’ onstage during the 86th Annual Academy Awards

(via mrvtr)

Il y a quelque chose avec la scène

Il y a quelque chose avec la scène.
Il y a quelque chose avec le fait d’être sur scène, avec le fait de faire quelque chose sur scène, surtout.
Il y a quelque chose pour moi avec le fait de faire quelque chose sur scène.
Je me suis parfois demandée si ce quelque chose qu’il y avait avec le fait de faire quelque chose sur scène était commun à tous ceux à qui il est donné de faire quelque chose sur scène.

——-

Avant, il y a l’ordinaire. Avant, il y a la vie. Avant, il y a le trac, surtout. Il y a le trac pour les talentueux, paraitrait-il. Je doute que les gens sans talent ne ressentent aucun trac.

——-

Le moment crucial se situe quelques secondes après l’entrée sur scène. Après ce bref instant durant lequel les jambes tremblent, le cerveau ne sait plus s’il existe, le corps est endormi et la voix évanouie.
C’est le moment durant lequel on passe de la réalité à la fiction. On quitte l’ordinaire de celui qu’on est pour embrasser l’extraordinaire de celui qu’on doit être.

La scène est le paradis des rêveurs. Jamais on ne dévore si goulûment et si gratuitement la liberté. Jamais on ne peut si facilement sortir de soi et exprimer si fort ses sentiments.

——-

Jouer, bouger, chanter et évacuer le trop plein de tout, le trop plein de vie, le trop plein d’amour, le trop plein de haine, le trop plein de douleur.

Mettre toute son énergie au service de la beauté et de la communion avec les gens qui sont venus vous voir faire quelque chose sur scène. Tout dire sans ne rien vraiment dire, tout montrer sans vraiment se montrer.

——-

Être sur scène, c’est faire la vidange de sa vie, c’est changer l’huile du moteur, c’est connecter sa batterie à celle des autres. Être sur scène, c’est tout simplement vider ses tripes et son esprit et rentrer chez soi amnésique et épuisé. Épuisé mais heureux. Et libre.

Il y a quelque chose avec la scène: c’est qu’elle rend libre, surtout.